Sous le haut patronage de
Monsieur Emmanuel Macron
Président de la République

Yvan Bourgnon, The Sea Cleaners "Projet Manta"

Océans : La guerre contre le plastique a commencé !

Engagement écologique
Economie circulaire de nos déchets
Une vision bas carbone pour la vie sur notre planète

Dès l’âge de 8 ans, Yvan Bourgnon commence à naviguer avec ses parents pour un tour du monde où il découvre l’océan qu’il ne quittera jamais.
Au fil de sa carrière, il se forge un palmarès de courses impressionnant en multicoque de sport et également en courses au large sur les bateaux les plus performants (Transat Jacques Vabre, Route du Rhum, Québec-Saint-Malo). Avec son frère Laurent, il a remporté la Transat en double Jacques-Vabre 1997.

Détenteur de plusieurs records du monde, il pousse la navigation à l’extrême en entamant une série de défis de traversées en solitaire sur son catamaran non habitable de 6,30 m, « Ma Louloute », sans instruments et sans assistance. Des exploits unanimement salués dans le monde entier.

Qu’est ce qui a motivé le projet Manta ?

A huit ans, dans les années 80, j’ai eu la chance de faire le tour du monde à la voile avec mes parents et mon frère Laurent, sans voir un seul sac plastique dériver. Trente après, le décor a radicalement changé. En croisant au large de l’Indonésie, de Bali, et dans l’océan Indien, j’en ai vu des milliers flottants à plusieurs dizaines de milles nautiques des côtes. Il m’a semblé impératif, qu’au-delà du simple fait de témoigner, il fallait agir contre la pollution. J’ai donc fondé l’association The Sea Cleaners et réuni des experts pour concevoir la meilleure solution pour collecter ces déchets en mer.

Efficacité énergétique et impact carbone sont les enjeux forts pour les acteurs du bâtiment.
Comment avez-vous atteint l’autonomie énergétique pour le Manta ?

Dès sa conception, l’un des objectifs du bateau était d’être le plus autonome possible afin de montrer aussi qu’avec les nouvelles technologies on pouvait réduire considérablement notre consommation de pétrole. Les études de faisabilité et les essais en soufflerie réalisés en 2018 prouvent que nous y sommes arrivés ! Le bateau s’alimentera à 75% grâce aux énergies renouvelables embarquées : 2 000 m2 de panneaux solaires, deux éoliennes à mât vertical, et quatre gréements DynaRig ! Le quart restant proviendra de la pyrolyse des déchets plastiques que nous aurons collectés mais qui ne seront pas acceptés dans les filières de retraitement car trop dégradés.

Découvrez le projet Manta en vidéo !

L’économie circulaire est encore assez conceptuelle : pouvez-vous nous illustrer comment concrètement vous avez appliqué ce principe sur le Manta ?

Aujourd’hui nous sommes tous conscients que nous devons faire de nos déchets les matières premières d’une nouvelle économie. On ne peut plus consommer, jeter, consommer, jeter, etc... On passe d’une économie de la propriété à une économie d’usage. Et les plus grandes marques s’y mettent en proposant des produits reconditionnés. C’est ça l’économie circulaire et c’est très concret désormais. Sur le Manta, nous allons produire extrêmement peu de déchets et nous allons en collecter énormément : 5 000 à 10 000 tonnes par an. Tous ne pourront pas retourner dans les circuits à terre, et nous allons donc, grâce à un système de pyrolyse, récupérer l’énergie contenue dans ces déchets pour fabriquer un carburant nous permettant de garantir l’autonomie du navire.

Le mot de la fin. Le secteur de la construction, tant en neuf qu’en rénovation, s’est fortement engagé ces dernières années pour réduire son empreinte environnementale. Un conseil pour ses professionnels ?

De part mon métier, je suis amené à beaucoup voyager et à observer les paysages naturels mais aussi urbains. Effectivement j’ai observé ces dernières années de véritables améliorations et un engagement fort du secteur. Cependant, je constate souvent que le secteur de la construction génère beaucoup de déchets qui remplissent des bennes en bordure de chantier. Des objectifs de réduction voire de Zero Waste sont, je l’espère, les prochains leviers d’amélioration du secteur !

  • Pour être exposant ou partenaire, pour participer ou pour toutes autres questions...